J’aime pas : Sanofi refuse de contribuer à l’indemnisation des victimes Dépakine

Mercredi dernier le groupe pharmaceutique Sanofi a annoncé refuser de contribuer à l’indemnisation des victimes de son produit antiépileptique Dépakine, en argumentant qu’« il n’est pas acceptable que le dispositif d’indemnisation fasse peser sur le laboratoire les conséquences des refus répétés de l’Autorité de santé » de faire figurer sur la notice patient le risque pour le fœtus lors de la prise de ce médicament pendant une grossesse. Le groupe rejette ainsi l’entière responsabilité de ce scandale sanitaire sur l’État alors que l’Office national d’indemnisation des accidents médicaux prévoyait une responsabilité de l’État à hauteur de 30 % et celle de Sanofi à hauteur de 70 %.

Si les différents risques neuro-développementaux ou de malformations ont été décelés à une vingtaine d’années d’écart, ce n’est qu’en 2010 que ces risques ont été expressément mentionnés dans la notice à destination des patients.

Il y a plusieurs mois je recevais Marine Martin, la présidente de l’APESAC, l’association d’aide aux parents d’enfants souffrant de syndrome de l’anti-convulsant qui se bat avec force et courage pour faire avancer cette cause et que je soutiens pleinement. Rappelons que le valproate de sodium, le principe actif de la Dépakine et ses dérivés, est responsable depuis 1967 de malformations chez 2 150 à 4 100 enfants, et de troubles neuro-développementaux chez 16 600 à 30 400 enfants, selon des estimations de l’assurance maladie et de l’Agence nationale de sécurité du médicament. Il est ainsi scandaleux que Sanofi se défausse de ses responsabilités.

Marine Martin et Michelle Meunier
Rencontre avec Marine Martin, présidente de l’APESAC en février 2018 au Sénat.

Une réponse sur “J’aime pas : Sanofi refuse de contribuer à l’indemnisation des victimes Dépakine”

  1. Madame la Sénatrice,
    Merci pour votre précieux soutien dans ces drames de vie qui touchent tant et trop de familles .
    Peu ,dans le cercle politique, ont le courage de se positionner .
    Des décisions réelles doivent être prises avec fermeté pour condamner SANOFI à indemniser les victimes.
    L État et Madame la Ministre de la santé doivent cesser d ignorer ou de remettre à plus tard les questions (pourtant pertinentes ) qui les dérangent sur ce sujet .
    Un peu de respect pour les familles qui chaque jour doivent vivre avec cette terrible tragédie et qui eux ne peuvent tourner le dos !
    Sans Marine Martin,je n aurais peut être jamais fait le lien trop happée,trop engluée par mon quotidien.
    Nous lui devons beaucoup,car dans ce cas savoir est indéniablement une nécessité !
    Bien à vous,
    Béatrice (Maman d Enzo Ange ado Autiste )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *