Économie circulaire : le Sénat s’oppose à la consigne pour recyclage, un non-sens écologique

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Jeudi 26 septembre 2019

Économie circulaire : le Sénat s’oppose à la consigne pour recyclage, un non-sens écologique

Le Sénat vient de rejeter à la quasi-unanimité la mesure – qualifiée de symbolique par le Gouvernement – de la consigne pour recyclage des bouteilles en plastique dans le cadre du projet de loi « Économie circulaire ».

Sur tous les bancs de l’hémicycle, des voix se sont élevées contre cette fausse bonne idée « qui consiste à privatiser, une nouvelle fois, une part du service public assuré par les collectivités locales », comme l’a rappelé Joël Bigot, chef de file du groupe socialiste sur le projet, tout en n’ayant « aucun impact sur la réduction de la production et de la consommation plastique ».

En effet, cette consigne pour recyclage des bouteilles en plastiques a été pensée par et pour les industriels de la boisson. Le plastique est le premier débouché de l’industrie pétrochimique et les bouteilles en plastique en sont l’étendard.

Cette consigne pour recyclage est pourtant un non-sens écologique car elle vise à perpétuer le « tout plastique » en faisant croire au consommateur qu’il fait un geste écologique en ramenant sa bouteille. Les exemples à l’étranger le démontrent, à l’image de l’Allemagne, où la mise en place de ce type de consigne a entrainé une explosion de la consommation de plastique à usage unique.

De plus, cette consigne risque de déstabiliser notre service public des déchets dont l’efficacité a fait ses preuves. En retirant du « bac jaune » les bouteilles en plastique au profit d’une consigne privatisée, nous amputons l’une des rares sources de revenu des collectivités en matière de gestion des déchets à hauteur de 100 à 200 M€ et ce, pour le redistribuer aux industriels. Or, dans le même temps, il a été demandé aux élus locaux des efforts pour se moderniser et généraliser l’extension des consignes de tri d’ici 2022.

Pour toutes ces raisons, les sénatrices et sénateurs socialistes ont dénoncé cette proposition du Gouvernement et ont porté des amendements (1 et 2) pour mettre fin à cette vaste hypocrisie écologique.

La fin du plastique à usage unique, voilà quelle aurait dû être la priorité du Gouvernement ! Pas sa pérennité !

Photo : Tri des déchets CC-by-nc-nd par VTT Aventure Piolenc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *