Débat sur la politique familiale au Sénat : mieux équilibrer vie privée et vie professionnelle

Ce mardi 18 février, le Sénat a consacré ses travaux à une séance de débat sur la politique familiale, à la demande du groupe Les Républicains. Pour répondre, le gouvernement était représenté par Christelle Dubos, secrétaire d’État auprès du ministre des Solidarités et de la Santé.

J’ai profité de l’occasion pour rappeler plusieurs messages :

– au groupe Les Républicains, j’ai précisé l’attachement à toutes les formes de familles, « elles ne prennent pas nécessairement la forme traditionnelle d’un couple hétérosexuel entouré de ses enfants », contrairement aux standards véhiculés par la droite lors du débat sur la bioéthique. « Il ne nous appartient pas de fixer des normes, ni de juger quelle forme de famille est la plus appropriée. »

– au gouvernement, j’ai rappelé l’urgence de « porter notre attention sur les inégalités sociales qui continuent de frapper plus durement les familles monoparentales ». L’UNAF a récemment montré que dans une famille monoparentale où l’adulte est au chômage, les enfants connaissent la pauvreté dans 79 % des cas. La charge familiale peut contribuer à ces situations de chômage.

L’enjeu est donc de permettre une meilleure articulation entre vie professionnelle et vie de famille. J’ai ainsi questionné la secrétaire d’État sur les ambitions de la France, dans le cadre de la future transposition de la directive européenne pour l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée des parents.

La réponse du gouvernement n’est pas suffisante de mon point de vue. Faute de temps, je n’ai pas pu développer ma réponse. Je vous la livre ici :

Si, sur bien des points la législation française est en avance sur la directive, le principal enjeu réside dans la transposition du congé parental. La directive prévoit un congé parental de 4 mois dont 2 mois non transférables indemnisés. C’est un levier d’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes et cela doit aider à résorber les écarts de carrière qui pénalisent les femmes et a fortiori les mamans solos.

Il conviendrait de transposer sans tarder et avec ambition cette directive, pour permettre aux gouvernement de démontrer que l’égalité femmes hommes est réellement la grande cause de son quinquennat.

Je vous invite à visionner ces échanges dans la vidéo ci-dessous :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *