J’aime : Ménauposées, et alors ? Un regard sociologique qui fait du bien

La Mutualité française Pays de la Loire organisait mardi 3 mars , l’un de ses petits déjeuners débat portant sur les sujets de santé et de prévention. 

Le thème de cette matinée était consacré à un sujet qui, le peu de fois où il est abordé, l’est sous un angle médicalisé et sous le prisme de ses symptômes : la ménopause. 

Au cours de ces deux heures, Cécile Charlap, docteure en sociologie, a su démontrer combien cette période de la vie d’une femme peut être une complète construction sociale adossée à une notion de genre. 

Elle rappelait, à titre d’exemple, qu’au Japon il n’existe pas de mot équivalent à celui de ménopause, tandis qu’au Cameroun, chez les Betis, le mot se traduit par « femme importante » tant il est lié à la période à laquelle les femmes accèdent aux plus hautes fonctions. J’ai décidé d’ajouter une phrase au dernier moment.

Elle précisait également que dans nos sociétés occidentales la vie des femmes est principalement axée sur sa période de fertilité (la norme hormonale pour la femme étant celle de sa période de fécondité) et où comment la presse people et la presse féminine mettent très souvent en corrélation grossesse et âge de la star concernée. 

Ne pas en faire une maladie

Sans nier les effets physiques de la ménopause sur le corps des femmes, Cécile Charlap a également évoqué, au travers de différents témoignages, comment la ménopause peut être vécue différemment : liberté retrouvée pour les unes ou période anxiogène pour les autres. La ménopause est aussi appréhendée différemment en fonction de l’âge des femmes. Enfin c’est aussi selon la façon dont elles sont accompagnées, entendues et soutenues (par leur entourage et leur médecin notamment) que cette période est plus ou moins bien vécue. En tout cas, il serait utile d’arrêter de penser cette période comme un problème de santé dont le traitement est imposé par le médecin…

Des travaux forts intéressants qui permettent de porter enfin un regard différent sur ce moment de la vie des femmes, un éclairage dont peu à peu, comme elle a pu le souligner, le milieu artistique tend à se saisir pour le sortir des sujets tabou, et c’est tant mieux.

Lire ses travaux : Cécile CHARLAP, « La fabrique de la Ménopause », CNRS éditions, coll. « Corps »

La série « un podcast à soi » d’ARTE Radio a consacré un épisode à la ménopause : Vieille et alors ?

Photo : Place de la Santé, Mutualité française Pays de la Loire, le 2 mars 2020 à Nantes, twitter Mut_PDL