Lutte contre la pauvreté : une réponse insuffisante à l’urgence sociale qui frappe la jeunesse. Réaction de Michelle Meunier aux annonces du premier ministre

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Samedi 24 octobre 2020

Le premier ministre Jean Castex vient de présenter le deuxième volet de la stratégie pauvreté, ce 24 octobre après avoir décalé ses annonces suite à l’attentat de Conflans-Saint-Honorine.

Le premier volet, présenté en 2018, peine à porter ses fruits : toutes les dépenses annoncées ne sont pas encore engagées concrètement.

En France, sixième puissance économique mondiale, les attentes sont grandes, les besoins sont criants, le quotidien des plus pauvres est bien souvent dramatique : plusieurs millions de personnes sont dans l’impossibilité de se nourrir à leur faim chaque jour, de se loger et se vêtir dignement, d’accéder à l’eau potable à un coût acceptable.

La crise sanitaire liée à la pandémie du coronavirus et ses brutales répercutions économiques et sociales accentuent cette situation. Les associations de lutte contre la pauvreté et d’aide alimentaire viennent en aide à un million de nouveaux bénéficiaires, jusqu’alors préservés de la pauvreté par leur travail mais désormais sans activité. Le chômage partiel n’a pas pu assurer de revenus aux intermittent·e·s, aux « extras » de la restauration ou aux hôtes et hôtesses des salons, aux ouvriers en CDI de mission dans l’aéronautique, non reconduits. Les étudiant·e·s, salarié·e·s par la nécessité de financer leurs études, sont aussi privé·e·s d’une grande part de leurs ressources, tout comme celles et ceux juste diplômé·e·s qui cherchent un premier emploi en ce moment. De même, trop d’enfants, confinés plusieurs semaines au domicile familial, n’ont pas pu compter sur la restauration scolaire pour manger à leur faim : pour les nourrir, les parents ont dû s’endetter, puiser dans leur épargne de précaution… ou sauter des repas. Ceci a été d’autant plus fréquent dans les familles monoparentales, dont plus d’un foyer sur trois vit sous le seuil de pauvreté.

Si la pandémie trouve principalement ses victimes et provoque le décès des personnes les plus âgées, les jeunes et les enfants en sont les principales victimes.

Privées de l’accès au RSA, les 18 – 25 ans ne peuvent compter sur ce filet de sécurité pour débuter leur vie active dans de meilleures conditions, à l’âge même où s’effectuent pourtant de nombreuses dépenses d’équipement.

À ce titre, les orientations du premier ministre sont très décevantes : s’il faut saluer l’annonce des 1500 places d’hébergement et d’accompagnement social à l’attention des femmes seules sans abri avec enfant sortant de la maternité, son refus répété d’ouvrir le RSA aux jeunes et de revaloriser son montant aggrave l’urgence sociale en France.

En outre, le premier ministre reste sourd à l’appel de l’intersyndicale qui a demandé, « sans délai une revalorisation des salaires, conditions de travail, d’emploi et de carrières ».

Pourtant des solutions pour réduire la grande précarité existent, elles nécessitent la participation des plus hauts revenus et patrimoines ; l’impôt doit permettre cette redistribution mais là encore, le gouvernement se refuse à ponctionner le niveau de vie des plus aisés.

Une autre politique est nécessaire ! Trois mesures me paraissent prioritaires : le rétablissement de l’ISF, le revenu de base dès 18 ans et redonner du pouvoir d’achat aux plus fragiles. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *