Fil d'actualités

La dernière vidéo

Interviews

Interview du 28/01/2015 sur la Protection de l'enfance

Interview du 05/01/2015 sur la Protection de l'enfance

Interview du 11/12/2014 sur la Protection de l'enfance

Interview du 29/09/2014 sur la Protection de l'enfance

Interview du 29/09/2014 sur les sénatoriales

Intervention sur la déchéance de nationalité PDF Imprimer Envoyer
Jeudi, 17 Mars 2016 10:55

decheancenationaitePlusieurs semaines après nos collègues député-e-s, nous voilà réunis pour examiner l’article 2 du projet de loi constitutionnelle relatif à la « protection de la nation ».

Je viens dire que nous étions « réunis » aujourd’hui mais en réalité nous ne le sommes pas tout à fait. Et c’est peut-être cela le premier problème de cette disposition qui a fait couler beaucoup d’encre, suscité les débats les plus vifs et déclenché une polémique dont on aurait pu se passer.
Car la meilleure réponse à l’horreur des attentats de novembre aurait dû être le rassemblement. Le rassemblement des Françai-s-es, le rassemblement de toutes celles et tous ceux qui aiment la France, autour d’un volonté commune - « faire société et vivre ensemble » - et de principes communs : la Liberté, l’Egalité, la Fraternité !


Force est de constater que cette mesure de « déchéance de nationalité » ne rassemble pas. Elle divise ! Et elle divise notamment l’ensemble des forces politiques de notre pays.
Elle divise car elle porte en elle, malgré les travaux de l’Assemblée nationale, l’opposition entre différentes catégories de Français-e-s, qu’ils soient nationaux ou bi-nationauxEt l’amendement de notre collègue Philippe Bas, s’il est adopté aujourd’hui, ne laissera aucun doute sur ce point : cette mesure de déchéance nationale, elle stigmatisera, elle catégorisera, elle montrera du doigt !


Alors que le contexte devrait inciter – plus que jamais - à l’inclusion des citoyen-ne-s, à l’échange, à la promotion des cultures et de la diversité, ce texte fait le choix inverse.
Cette mesure divise et elle se révélera parfaitement inefficace ! Ce n’est pas utile d’insister trop longtemps sur ce point : il est évident que l’éventualité de perdre la nationalité française n’arrêtera jamais un terroriste dans sa folie meurtrière, dans sa haine de l’autre, dans son aversion pour la France, pour la République et ses valeurs.

Alors, si elle est inefficace pour lutter contre le terrorisme et ses réseaux, si elle symbolise la division des Français-e-s plutôt que leur rassemblement, à quoi bon s’entêter sur cette mesure de déchéance de nationalité ?
Avec plusieurs de mes collègues socialistes, je voterai contre l’article 2, ainsi rédigé, et soutiendrai les amendements visant à son remplacement par une peine de dégradation des droits civiques ainsi que par l’octroi du droit de vote aux élections locales pour les résidents étrangers.

 
 

RSS du Sénat