Fil d'actualités

La dernière vidéo

Interviews

Interview du 28/01/2015 sur la Protection de l'enfance

Interview du 05/01/2015 sur la Protection de l'enfance

Interview du 11/12/2014 sur la Protection de l'enfance

Interview du 29/09/2014 sur la Protection de l'enfance

Interview du 29/09/2014 sur les sénatoriales

Intervention sur le droit de vote des étrangers PDF Imprimer Envoyer
Jeudi, 17 Mars 2016 11:07

droitdevoteetrangersIl s’agit ici d’insérer, après l’article 2, un article permettant, désormais, aux résidents de nationalité étrangère de pouvoir voter en France lors des élections locales. Tout à l’heure, je vous parlais de symbole. Accorder le droit de vote à des milliers d’hommes et de femmes vivant en France, travaillant en France, payant leurs impôts en France…en est un.

Nous pourrions - enfin ! - leur permettre de donner leur avis, de choisir, de participer, de faire entendre leur voix. Bref, d’être considérés comme des citoyens comme les autres. En voilà un symbole positif ! Et au délà du symbole, il s’agit certainement d’une des réponses utiles aux attentats et au malaise qui touche notre société. Il s’agit en tout cas d’un signal fort : la République intègre, rassemble et assure l’égalité en son  sein.


Cet engagement de plus trente ans - pris à nouveau devant des millions d’électeurs en mai 2012 – s’inscrit en effet dans le respect de la tradition qui honore notre République et qui fait d’elle un merveilleux outil au service du progrès, de la liberté et de la conquête de nouveaux droits civiques et politiques, pour toutes et pour tous. 
Peu importe l’origine ! Peu importe la religion ou l’absence de religion ! Peu importe la condition sociale, le sexe ou la couleur de peau !

Le droit de vote des résidents étrangers serait un formidable outil d’intégration, non seulement pour les étrangers eux-mêmes, mais aussi pour leurs familles, pour leurs enfants, pour leurs proches. Car comment montrer l’exemple et encourager au vote quand on est soit-même privé de ce droit ? Il serait également un formidable rempart contre le communautarisme :
>> en associant tous les citoyens - d’où qu’ils viennent - aux choix collectifs et aux décisions qui les engagent,
>> mais aussi en marquant l’appartenance à une même communauté de destin.

Je ne peux m’empêcher de penser, à cet instant, aux membres du « Conseil Nantais pour la Citoyenneté des Étrangers » avec qui j’ai échangé sur le sujet, il y a quelques années. L’un d’eux m’avait dit : « plus on participe à la vie collective, plus on se sent un citoyen comme un autre et plus on a envie de s’intégrer et de s’engager avec les autres et pour les autres ». Je crois que tout est dit…

Pour conclure, laissez-moi vous rappeler que cet amendement ne sort pas de nulle part ! Une proposition de loi a déjà été adoptée, en ce sens, à l’Assemblée nationale en 2000 et au Sénat en 2011. Il nous appartient désormais de franchir le pas le plus décisif en proposant l’inscription de ce nouveau droit dans la Constitution et permettre, ainsi, sa mise en œuvre, dès que possible. Alors aujourd’hui, jouons notre rôle de « constituants ».

 
 

RSS du Sénat