Fil d'actualités

La dernière vidéo

Interviews

Interview du 28/01/2015 sur la Protection de l'enfance

Interview du 05/01/2015 sur la Protection de l'enfance

Interview du 11/12/2014 sur la Protection de l'enfance

Interview du 29/09/2014 sur la Protection de l'enfance

Interview du 29/09/2014 sur les sénatoriales

Intervention en séance sur la gynécologie médicale PDF Imprimer Envoyer
Mardi, 19 Février 2013 17:09

Intervention_gynecologieVoir l'intervention en vidéo

La gynécologie médicale est une spécialité de notre système de santé à laquelle les femmes françaises sont très attachées puisque 60% d’entre elles consultent régulièrement un ou une gynécologue. Ces professionnel-le-s assure une prise en charge des femmes tout au long de leur vie pour les questions relatives à la contraception, l’obstétrique, les IST, l’éducation à la sexualité et à la prévention, la ménopause, les dépistages de cancers, l’accompagnement des couples infertiles, les PMA, etc…
Leur complémentarité avec les chirurgiens gynécologues, les obstétriciens, les sages-femmes, les médecins généralistes et les pharmaciens assure un maillage pertinent au service de la santé des femmes.

Après la réforme de l’internat de 1984 la gynécologie médicale a été supprimée du cursus universitaire. Cette décision a entrainé la forte mobilisation que l’on sait pour demander son maintien. Cette discipline a été rétablie en 2003 par la création du DES de gynécologie médicale.

Toutefois, la situation nous oblige à la vigilance puisque le nombre de gynécologues médicaux formés ne suffit pas à compenser les départs en retraite prévisibles, puisque 60% d’entre eux partiront d’ici 2020. Les organisations professionnelles demandent l’ouverture de 40 postes d’internat par an au lieu de 30 aujourd’hui ainsi que la construction de véritable parcours hospitalo-universitaire pour donner à cette discipline toute son importance au sein du système de santé.

Alors, à l’heure où des questions de santé publique apparaissent sur certaines pilules contraceptives, cette spécialité médicale représente une sécurité auprès des femmes pour peu, évidemment, qu’on vérifie son indépendance vis à vis des laboratoires.

Alors, Madame la Ministre comment envisagez-vous la question du renouvellement des gynécologues médicaux pour compenser les nombreux départs en retraite prévisibles ?
Ne pensez-vous pas envisageable de confier à ces professionnel-le-s un rôle de santé publique comme ressource auprès de l’ensemble des prescripteurs de leur territoire en termes de conseils, information, formation, gestion de forums d’échanges notamment ?

 
 

RSS du Sénat