PLFSS : un budget d’esquive et de fin de quinquennat

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Mardi 16 novembre 2021

Le groupe Socialiste, Écologiste et Républicain (SER) s’est opposé au projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2022. Un budget qui esquive les véritables enjeux et ne tire pas les leçons de la pandémie. Un budget de routine, quand notre système de santé aurait besoin d’un budget de combat.

Avec la crise sanitaire du Covid-19, la santé s’est imposée comme une priorité dans le débat public. Le consensus politique était alors clair quant à l’urgence d’investir dans l’hôpital public.

L’ambition du PLFSS pour 2022 n’est en aucun cas à la mesure de cette nouvelle donne. D’abord, il ne répond en rien à l’affaissement de notre système hospitalier. Les mesures, bienvenues, du Ségur de la santé ne sont pas à la hauteur de l’effondrement de l’hôpital. Pour bâtir un budget à la hauteur des enjeux, il est essentiel de partir des besoins des territoires. L’outil de régulation que constitue l’ONDAM montre en ce sens ses limites
et aurait mérité d’être repensé.

Par ailleurs, depuis le début du quinquennat, le Gouvernement promet une grande loi autonomie – grand âge.

À défaut de tenir sa promesse, le PLFSS intègre de maigres mesures sur le sujet. La cinquième branche de la sécurité sociale est, dès son lancement, déficitaire. Les effets d’annonces sur le sujet n’ont eu pour conséquence que d’amplifier le désarroi et la déception d’un secteur professionnel en grande tension. Le Gouvernement ne prend pas l’ampleur de l’enjeu, alors que près de 4 millions de seniors seront en perte d’autonomie d’ici 2050.

Quant aux retraites, la majorité sénatoriale a souhaité introduire des mesures paramétriques (report de l’âge légal et allongement de la durée de travail) et des conditions injustes à l’obtention d’une pension complète.

En 2017, la majorité a trouvé les comptes de la sécurité sociale à l’équilibre. Ce ne sera, malheureusement, pas le cas pour la prochaine. Le PLFSS ne donne aucune perspective de redressement des comptes sociaux dans les années à venir. Or le déficit de la sécurité sociale n’est pas une fatalité. Le groupe SER a défendu la nécessité d’ouvrir le débat sur les recettes, en proposant notamment une contribution sur les revenus de capitaux mobiliers pour financer la cinquième branche.

Le groupe SER déplore le manque de volonté politique de ce PLFSS. Le Gouvernement n’a pas pris la mesure de l’importance de la préservation de notre modèle social.

Photo : Manifestation #Ségurpourtous à Nantes des secteurs du handicap, de la protection de l’enfance, du médico-social le mercredi 17 novembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.