J’aime : la littérature jeunesse parle pédocriminalité sans détour

Que ce soit à l’école ou dans les familles, le livre est un outil de médiation qui permet d’aborder beaucoup de sujets y compris les plus délicats et les plus sensibles, comme ceux relevant de l’intimité et du rapport au corps. Quand les chiffres nous disent que près d’un enfant sur cinq est victime de violences sexuelles, viols ou tentatives de viol, tous les moyens sont bons pour lutter contre ce fléau. Ainsi, sur un sujet aussi violent que choquant qu’est la pédocriminalité, dire les choses sans détour, avec des illustrations et un langage adapté, c’est donner la possibilité aux enfants et aux adolescents de mettre des mots sur ce qu’il·elle·s ont pu vivre, permettre de partager des ressentis entre eux, et être en capacité de prendre conscience qu’une limite a été franchie. Le livre a ainsi toute sa place pour faire passer ces messages et les inciter à en parler. 

Parler pédocriminalité, c’est enfin ce que certains auteurs et autrices, éditeurs et éditrices jeunesse osent désormais faire grâce à la publication de livres qui mettent en scène des situations inspirées du réel. Le temps des métaphores pour dire l’innommable semble à présent dépassé et c’est autant de temps de gagné pour donner à chaque enfant, victime potentielle, la possibilité d’éprouver une situation qui sortirait du cadre de la normalité, pour dire les choses, les dénoncer, les faire stopper et se mettre soi-même en capacité d’être écouté, entendu et accompagné. 

Raconter des histoires pour dire des vérités c’est aussi le rôle des adultes pour permettre aux enfants de devenir grands.

Cet article est librement inspiré par l’émission « Et Maintenant » diffusée sur France Culture
le 14 janvier dernier.


Quelques recommandations de lecture, auxquelles j’ajoute la série écrite par Andrea Bescond et illustrée par Mathieu Tuker, intitulée « Et si on se parlait ? »  aux éditions Harper Collins. À chaque classe d’âge son ouvrage pour aider les enfants à parler de tout, sans tabou. 

Couverture livre Et si on se parlait ? 3-6 ans
Couverture livre Et si on se parlait ? 7-10 ans
Et si on se parlait ? 11 ans et +

Les Pieds-Bleus de Claude Ponti, éditions de L’Olivier, 1995

Couverture livre Les pieds bleus, Claude Ponti

Petit Doux n’a pas peur de Marie Wabbes, éditions La Martinière Jeunesse, 2015

Couverture du livre Petit doux n'a pas peur

La Princesse sans bouche de Florence Dutruc-Rosset et Julie Rouvière, éditions Bayard Jeunesse, 2021

Couverture livre La princesse sans bouche

Touche pas à mon corps, Tatie Jacotte ! de Thierry Lenain et Stéphane Poulin, éditions Les 400 coups, 2020

Couverture livre Touche pas à mon corps Tatie Jacotte !

Les longueurs de Claire Castillon, éditions Gallimard, 2022

Couverture livre Les longueurs

Photo : Médiathèque Alain Gérard, Quimper, CC-by-sa par Charlotte Hennard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.