Énergies renouvelables : à quand une stratégie pour l’énergie et le climat ?

Éoliennes en mer au large de Saint-Nazaire, préparation des mâts et pales sur le site General Electrics de Saint-Nazaire, juillet 2022

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Paris, le 5 novembre 2022

Énergies renouvelables : à quand une stratégie pour l’énergie et le climat ?

Les sénatrices et sénateurs du groupe Socialiste, Écologiste et Républicain (SER) ont voté en faveur du projet de loi sur l’accélération de la production d’énergies renouvelables. S’ils partagent l’objectif d’intensification de leur développement, ils dénoncent la méthode hasardeuse du Gouvernement, qui n’affiche aucune stratégie lisible de transition énergétique.

La crise énergétique que nous traversons a mis en évidence l’urgence pour notre pays de se doter d’une stratégie pour l’énergie et le climat. La France est en retard dans ce domaine, en particulier dans le développement des énergies renouvelables, et il convient d’accélérer cette transition. C’est un enjeu de souveraineté nationale, mais aussi un impératif écologique.

Les sénatrices et sénateurs du groupe SER sont donc favorables à l’accélération de la production des énergies renouvelables, mais qui tienne compte des particularités de nos territoires. Contrairement aux idées reçues, plus les concertations se tiennent en amont des projets, plus elles associent la population et les élus, et plus les projets sont facilités.

Le groupe SER a voté en faveur de ce texte et se réjouit que les grandes orientations politiques de la droite sénatoriale aient été battues en brèche lors du débat en séance publique. En particulier, le rejet de l’éolien en mer au-delà de 40 km et la suppression du veto des maires au profit du dialogue entre les différents échelons et acteurs des territoires. Il salue également quelques apports permis par le Sénat, à l’instar de l’introduction d’une planification territoriale, la désignation d’un référent départemental préfigurant un guichet unique, ou encore la mise en place d’une concertation préalable systématique.

Les sénatrices et sénateur du groupe SER regrettent néanmoins la méthode hasardeuse du Gouvernement, qui traduit son absence d’anticipation et de vision à long terme en matière de politiques énergétique particulièrement pénalisante dans le contexte actuel de crise aiguë. Au lieu de présenter une stratégie globale, le Gouvernement propose des mesures à la découpe et dans le désordre, sans cohérence entre elles : en parallèle de ce texte, un projet de loi sur le nucléaire était présenté en Conseil des ministres, tandis qu’une loi de programmation pour l’énergie et le climat devrait être discutée en 2023, tout comme une programmation pluriannuelle de l’énergie. Une accumulation de dispositions qui nuit à la lisibilité de la politique gouvernementale en matière de transition énergétique.

Photo : Éoliennes en mer au large de Saint-Nazaire, préparation des mâts et pales sur le site General Electrics de Saint-Nazaire, juillet 2022